UNE JOURNÉE CHEZ SOLIDARITÉ & PROGRÈS

conference-sp
Agrophilia a été invitée à la journée porte ouverte du parti politique Solidarité & Progrès. Nous nous y sommes rendus car  même s’il ne s’agissait pas directement d’agriculture, les thématiques abordées pouvaient s’y rattacher.

Au programme, « Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et couper les banques en deux » présenté par Jacques Cheminade, suivie de « La Chine amie ou ennemie ? », « Vers l’industrialisation de l’Afrique et l’abolition du franc CFA », et pour finir la « Politique spatiale et économie bleue ».

« Un développement mutuel avec les BRICS et couper les banques en deux. Sortir par le haut avec un crédit démocratique et en rendant l’art au peuple. »

Cette conférence présentée par Jacques Cheminade lui même, était directement lié à sa campagne présidentielle et au combat de son parti Solidarité & Progrès. Il aborde ce qui lui semble primordial, à savoir comment retrouver une France innovante et dynamique, et pour cela, il pointe du doigt les banques et nous propose sa solution. Selon lui, les banques en France sont frileuses et ne sont plus un moteur à l’innovation, elles ne prennent plus de risques et ainsi empêchent, ou du moins rendent difficile les nouveaux projets de nos concitoyens. M. Cheminade voudrait que les banques redeviennent au service des français et encouragent à la création, pour se faire, il faut instaurer un 22790709_10155788047292485_2135551014_o« crédit démocratique », c’est à dire débloquer des fonds publics pour des projets privés à fort développement pour la nation. Pour faire simple, c’est ce qu’il s’est passé après la seconde guerre mondiale lorsqu’il a fallu reconstruire…

L’autre point important de cette conférence concernait, à contrario, le commerce et les relations internationales. Pour S&P il faut à tout prix un développement mutuel avec les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), mais pourquoi ? Les BRICS représentent aujourd’hui une économie forte, car ses cinq pays représentent 40 % de la population mondiale et 25 % de son PIB, et ont connu cette dernière décennie une augmentation de leur PIB de 300% (contre seulement 60% pour les pays développer). Ainsi ces nouveaux pays émergents représentent un véritable train qu’il faut prendre en marche. Ce qui est d’autant plus intéressant avec ces pays, est qu’ils se « dé-dollarisent », c’est à dire que pour leur échanges internes ils se tournent aujourd’hui vers une devise différente du dollar, créant ainsi une économie indépendante même si les prix restent libellés en dollars.

« La Chine amie ou ennemie ? Penser aujourd’hui comme Leibniz et Confucius. »

Deuxième conférence de la journée présentée par Christine Bierre, sur cette question épineuse trop souvent ignorée. Et pourtant, personne ne peut nier aujourd’hui la puissance de la Chine, même si nous avons du mal à en parler, et c’est bien le problème ! Alors parlons-en.

La Chine souffre de nombreux clichés chez nous : c’est un pays pollueur, les chinois n’ont pas de liberté ils travaillent sans relâche, les enfants au travail, ils ne se mélangent pas, etc… Cependant, aujourd’hui la Chine est une des premières puissances mondiales économiquement. Alors, lorsqu’on parle de la Chine en France, c’est surtout pour dire qu’elle achète nos terres, notre patrimoine, et cela nous fait peur. Mais est-elle vraiment une ennemie ? Devrait-elle l’être ? Mme Bierre s’appuie sur l’histoire afin de comparer nos civilisations et ainsi mieux comprendre l’avenir. Elle prend l’exemple de Confusius et Leibniz, deux philosophes, deux continents, deux époques différentes, mais pourtant une approche et un regarde de l’autre précurseur. Car ces deux philosophes se sont penchés sur cette relation entre occident et orient, et lorsqu’on se penche sur cette question, on se rend compte que nous avons des points communs philosophiques profonds, même si nous sommes culturellement très différents.

Mais aujourd’hui le constat est sans appel : la Chine (et les chinois) est plus optimiste que nous, et leur système communiste est plus démocratique que nous le pensions. Le projet de la Chine est-il de dominer le monde ? En effet, on accuse souvent la Chine d’être tentaculaire (rachat, participations en Afrique et Asie du Sud-Est, etc…), mais est-ce vraiment leur objectif ? C’est la question que se pose les autres pays, surtout depuis le projet annoncé par leur président Xi Jinping en 2013, et son souhait de bâtir la « nouvelle route de la soie » avec notre nation (entre autre). Ce grand projet, prévu pour 2049, représente la somme astronomique de 1000 milliards de dollars (12 fois le plan Marshall), son but est avant tout la coopération des États membres afin de mettre l’innovation et le progrès scientifique au cœur même de ce nouveau système économique mondial.

« Vers l’industrialisation de l’Afrique, objectif commun de l’humanité. Abolition du franc CFA, panafricanisme, la tradition de Cheikh Anta Diop. »

Après la Chine, l’autre question géopolitique du moment est bien entendu sur l’Afrique. Le berceau de l’humanité se développe à grande vitesse, à son bord de nombreuses richesses, mais les africains profitent-ils de cet essor ? Aujourd’hui l’Afrique est dans une situation délicate, principalement à cause de sa politique, c’est ce que soutient le conférencier :

« Politique spatiale et économie bleue. L’être humain explorateur au delà du connu. »

Cette dernière conférence était sur les aspects galactiques avec Sébastien Drochon et sous-marins de Notre planète Terre (Karel Vereycken).

Aujourd’hui, de multiples idées et innovations peuvent être mises à profit afin de contrôler les ouragans, par exemple. Il est maintenant intéressant de savoir si certaines expérimentations ne se mettent pas en pratique : est-ce une volonté politique? ou journalistique ? La tête dans les étoiles … La question du climat que nous avons tous entendu parler pourrait être contrôlée et il est donc important d’être curieux et d’aller au-delà des frontières.

Corrélé à cela, Karel amène le sujet de l’économie bleue. La mer est une grande Inconnue! Nous avons des photos de l’espace mais l’océan, lui, reste toutefois inexpliqué et parfois sans réponse, pourtant 99% du volume de la Terre est constitué d’eau . La mer est le poumon de notre planète et elle est désormais prisée par tous. 20% de la protéine animale se trouve dans les fonds marins donc une source importante de notre alimentation également.

« Un reportage télévisé il y’a quelques années m’avait beaucoup marqué, mais je ne saurai vous redire le nom de l’émission (sûrement Thalassa) qui analysait l’aquaculture en Australie et cela m’avait beaucoup interpellé sur l’importance à donner à nos espaces marins qui parfois restent méconnus. »

L’aqua-naute Thomas Pesquet s’entraine dans l’eau, par exemple et l’océan avec ses 1, 324 quintillions de litres pourraient bien être la route de la soie sous-marine. L’économie bleue pourrait nous permettre de comprendre la vie, d’apporter des solutions pour les anti-douleurs à partir de coquillages de mer, obtenir des alternatives aux antibiotiques, trouver des moyens pour détruire les déchets, etc.

Dans 1 litre d’eau de mer: 

  • 100 000 bactéries
  • 1 à 100 milliards de virus.

Il y a 1 siècle, lors de la grippe espagnole, le virus avait détruit la bactérie (phagothérapie). Ainsi, en fertilisant les océans, l’Homme pourrait maitriser les bactéries et en trouver des solutions. Les océans pourraient donc apporter des réponses concernant l’alimentation, la santé, les transports…

L’équipe d’Agrophilia remercie S&P pour son invitation car nous avons pu converser avec diverses personnes de milieux différents et amener des idées. Chaque information est toujours intéressante à prendre afin de pouvoir avoir des solutions.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à aller sur le site de S&P.