AGRIPOLIS BY HÉLÈNE TAUZIN

agripolis-helene-tauzin
Agriculture urbaine, Start-up, Innovation, nous sommes dans l’antre du sujet. Cette fois-ci, nous parlerons Aéroponie, plus léger que l’Hydro, ou que l’aquaponie.
Photo Agripolis

Pascal HARDY, c’est lui le porteur de ce projet ambitieux : rendre la main aux urbains sur leur consommation alimentaire et pas que ! Raccourcir les circuits de production et de distribution, optimiser les ressources, dessiner la ville autrement, inclure les différentes parties prenantes, mettre la nature dans l’écosystème urbain….sont des objectifs qui lui tiennent à coeur.

Ingénieur en Agro-développement, c’est un passionné des sujets qui le portent : Développement durable, environnement, Economie Circulaire.

Avant Agripolis, il a développé INEX, plate-forme d’échange, de récupération et de valorisation des déchets. Ces derniers ne sont plus brulés, mais recyclés vers des industries identifiées. L’échange est gagnant-gagnant.

Agripolis est née d’une opportunité locale : un immeuble parisien avec de grandes surfaces implémentées par de spacieux jardins en son centre et, à quelques centaines de mètres de là, Agroparitech.

La conjugaison des deux donnent des ailes à Pascal Hardy qui plonge dans l’Aéroponie.

Pourquoi ne pas produire des comestibles sur ces vastes surfaces, sur les toits, sur les friches industrielles, pourquoi ces endroits vide de sens ne deviendraient-ils pas des ancrages de lien social.

Il a fallu 2 ans pour prouver le concept, une colonne vide sur laquelle viennent se percher les variétés à faire pousser, une pompe, du substrat, des maraîchers techniciens, des ingénieurs… l’équipe est en place.

L’ingéniosité de ce projet repose sur 3 piliers techniques et économiques, à savoir :

  • Simplicité
  • Scalabilité
  • Rendement

Et 3 piliers fondés sur des principes humains :

  • Responsabilité sociétale de l’Entreprise
  • Insertion de personnes fragiles
  • Economie Circulaire

Agripolis respecte l’écosystème par le cercle vertueux de l’agriculture en milieu urbain :

Les légumes nous viennent du coin de la rue, la diversité des variétés est prioritaire ! Halte à la monovariété de la carotte ou du chou, vive le retour du navet de Croissy, du haricot tarbais et de l’oignon de Trébons.

Techniquement, le système est ingénieux, il utilise des pompes et de l’eau (oui mais qu’un peu, un dixième seulement du volume utilisé habituellement par aspersion des racines toutes les 10 minutes à l’intérieur de la colonne).

Pour l’opérationnel, cette Start-up a fait appel à des ingénieurs agro pour le développement, embauche des maraîchers qu’elle forme à ses techniques et le partenariat passé avec les Apprentis d’Auteuil lui permet de donner du sens à des parcours atypiques.

Agripolis est une belle innovation, portée par des gens de conviction qui allient humain, technique, et rendement. En gros, l’initiative est un bol d’oxygène pour nos cités parfois trop urbanisées.

Photo Agripolis

 

Voilà une belle option pour inventer en France une agriculture citadine intelligente.

by Hélène Tauzin