L’ALLEMAGNE DE L’EST

dsc00580couv

Avec un peu de retard, retour sur notre dernier mois de voyage à travers deux articles sur l’Allemagne et l’arrivée.

Nous reprenons la route une fois de plus, mais cette fois, c’est en quelque sorte pour rentrer à la maison. Rien ne presse car nous avons un mois devant nous et qu’à vol d’oiseau nous ne sommes déjà plus si loin. En quittant la ferme, 2 choix s’offrent à nous pour allonger le parcours et visiter une nouvelle région : faire un tour dans le Brandenbourg (région au sud de Berlin) ou dans le sud de la Bavière (Munich…et ses collines!). Notre choix est vite fait, nous sommes curieuses de découvrir les gens et les paysages de cette ex-RDA, quelque chose nous attire à l’Est…

.

Les paysages…diversifiés

Après un dernier au revoir à nos nouveaux amis locaux, nous rejoignons la Neisse, une rivière qui établit la frontière entre Allemagne et Pologne. Nous passons à Görlitz, nous apprenons que la ville est totalement rénovée grâce au don d’un millions d’euros chaque année de la part d’un anonyme mais que d’un autre côté, c’est une ville fantôme, tous les immeubles flambants neufs…sont vides. Nous passons une nuit au camping de Kultur Insel, un grand parc de loisirs pour enfant où un designer original a tout inventé en bois.

Nous entrons dans le Brandenbourg et découvrons les autres villes qui, elles, ne reçoivent apparemment aucuns dons… Les villages ne possèdent plus de bâtiments anciens et de nombreux ponts sur la Neisse n’ont jamais été reconstruits.

Sur le même schéma qu’à Zittau, on retrouve des mines de charbon à ciel ouvert à peu près partout et à une échelle encore plus grande ! Puis, nous passons une journée dans le sud du Spreewald, région très touristique pour les allemands et surtout les berlinois : nature sauvegardée, petits canaux, marchés avec produits locaux (essentiellement de gros cornichons !). Nous nous en éloignons rapidement pour reprendre la direction du sud et Dresden au grand étonnement des hôtesses de l’office de tourisme qui ont l’air de dire : « Mais pourquoi voulez-vous aller à Finsterwalde et Lauchhammer ?? »… et elles n’ont pas vraiment tord ! Malgré l’accueil bienvenu d’un warmshower, la région est déprimante, désertique…et il se met à pleuvoir ! Heureusement que les rencontres sont au rendez-vous !

.
Les incroyables rencontres

Après le calme plat de la République Tchèque, les rencontres reprennent leur rythme effréné qui nous avaient tant plu dans les pays précédents.

Dès le 1er jour, un monsieur veut à tout prix nous inviter pour déjeuner chez lui quand il écoute le récit de notre voyage. Nous déclinons poliment mais il insiste pour nous offrir 20€ « pour que vous vous achetiez à manger » (!)
Nous avons la chance d’être accueillies spontanément dans le jardin de Lise et Jürgen, retraités et tous deux originaires de l’Est, ils ont restauré une bâtisse criblée de balles au bord de la Neisse. Quel plaisir d’entendre leurs anecdotes et de percevoir ce que signifie Europe et ouverture des frontières pour eux.

Enfin, un soir de désespoir après une journée de pluie, un camping finalement « fermé définitivement » et plusieurs tentatives d’hébergement chez l’habitant, on fait l’une des rencontres les plus inattendues du voyage. Une jeune femme nous invite dans le jardin d’un ami qui (après nous avoir débouché une bonne bouteille de vin), nous laisse l’accès à la maison pour s’éclipser à une soirée. C’est à ce moment là que la jeune femme et une amie reviennent les bras chargés d’une marmite où mijote un bon repas, un panier avec des victuailles…et d’autres bouteilles de vin ! Ambiance et rires garantis ! Le lendemain, nous reprenons (non sans gueule de bois) notre chemin pour Dresden !

.

Découverte du Dresden alternatif !

Vous vous souvenez d’Anne ? La wwoofeuse que nous avions rencontré à la ferme des Walter, en Autriche ? Nous la retrouvons avec plaisir à Dresden, sa ville d’origine. Anne est une hyper-active de l’associatif ! Elle est engagée dans tous les recoins alternatifs de la ville et nous a prévu un beau programme de visite !

Après une grasse matinée chez Christa, qui nous héberge dans un vieil appart magnifiquement retapé, nous partons à la découverte de Löbtau, un joli quartier de la ville : jardins urbains designés et financés par des associations et la ville, 1ers locaux de Konglomerat E.V. leur asso communautaire de la transition. Ensuite, nous pénétrons dans les locaux actuels de l’asso dans une zone semi-industrielle avec café, bureaux et matériel ultra-performant de la FABLAB. Tout cela à disposition de tous ; amateurs, professionnels, artisans, une belle dynamique !

La visite continue pour le centre historique, on assiste à une performance d’artistes à l’Albertinum. Thomas, un bon ami de Pauline, nous rejoint pour pédaler quelques jours à nos côtés ! Enfin, Anne a organisé une rencontre avec les membres d’un jardin partagé « Abrikosen garten » à l’autre bout de la ville avec qui nous échangeons des semences. La boucle est bouclée !

.

La route à 3 !

Nous reprenons la route à 3, étrange sensation, quelqu’un s’immisce dans notre duo quotidien…mais c’est avec plaisir ! Thomas est plutôt discret et il a l’habitude des voyages à vélo. Il revient lui-même de 80 jours en solitaire de Dunkerque à Biarritz (!). Il étudie l’architecture et a pris une année de césure.

A l’attaque de quelques étapes plutôt pentues pour sortir de Saxonie et entrer en Bavière !
Dès le 1er soir, des WarmShower incroyables nous ouvrent leur porte. Lui est architecte de maisons passives (ne nécessite pas d’énergie pour être chauffées), elle est sa secrétaire et quasiment…agricultrice ! Ils ont un énorme jardin, des ruches, des moutons Scotland, un grand poulailler et même un point de vente des produits. Comme vous le devinez, on les aime beaucoup ! On prend du temps pour la visite et on fait des échanges de graines. Si vous passez dans le coin, allez goûter leurs produits ! Ils nous accompagnent un bout de chemin le lendemain !
Les jours qui suivent sont agréables et sportifs, nous trouvons de super lieux de camping sauvage (lacs avec couchers de soleil), quoique parfois humide et frais (invasion de limaces toutes les nuits).
Malgré les températures basses, l’été est bel et bien là, nos journées sont rythmées par les moissonneuses qui s’activent dans les champs…
.
La suite très vite avec la Bavière, le Danube, le Rhin et l’Alsace !

1 2 3 4 5 6 7