NOTRE PROJET

article2-ata


Nous voilà donc réunies avec une idée en tête : réaliser un projet conjuguant voyage et agriculture/environnement. Nous avons donc pensé un projet au cours duquel nous pourrions nous déplacer mais également aborder une dimension agricole des territoires visités.

Ainsi nous avons porté notre réflexion autour d’un pilier central qu’est l’agriculture. Nous sommes convaincues qu’une transition progressive des modèles agricoles conventionnels vers des modèles plus respectueux de l’environnement est possible. Dans ce contexte, nous avons intégré dans notre réflexion les dimensions environnementales, sociales et économiques qui nous tiennent à cœur. Tout ça peut se synthétiser avec une notion très globale souvent entendue maintenant : le développement durable.

.

Mais le développement durable c’est quoi ?

Une définition parmi tant d’autre, mais la plus communément admise, celle de Bruntland (1987 – adoptée lors de la conférence de Rio (1992)) nous dit que le développement durable est « un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire aux leurs ».

En somme, nous voulions nous imprégner des valeurs du développement durable et identifier un, voire des mode(s) de production écologiquement soutenable(s), rentable(s) et socialement équitable(s). Nous nous sommes alors dirigées vers l’étude d’un système cultural valorisant ces principes : l’agriculture de conservation.

.

L’agriculture de conservation :

Pratiquée depuis plusieurs dizaines d’années, l’agriculture de conservation est une agriculture plus respectueuse de l’environnement et notamment des sols. Elle repose sur trois grands piliers :

  1. couverture maximale des sols
  2. absence ou réduction du travail du sol
  3. rotations longues et diversifiées des cultures.

Ces techniques existent depuis longtemps et deviennent de nouveau usitées car elles constituent une alternative aux techniques actuelles consommatrices de ressources, voire néfastes pour les milieux. Nous espérions mettre en avant les bienfaits d’un retour vers des techniques plus anciennes mais plus durables, ayant moins d’impacts sur l’environnementet tout aussi performantes.

.

Une dimension culturelle dans notre projet :

Notre but était également de découvrir une autre culture, un autre mode de vie, partir à l’épreuve et recueillir les témoignages de connaissances locales afin de nous en inspirer. L’Argentine nous semblait un excellent choix pour réaliser notre projet puisqu’après quelques recherches, nous avions vu que l’agriculture de conservation y était beaucoup utilisée.

Bon ça, c’était la théorie… Mais une fois arrivées sur le territoire argentin, quelques rebondissements inattendus ont entraîné l’évolution de notre projet. Cela fera l’objet d’un article un peu plus tard.
En attendant vous être peut-être impatients de savoir comment nous avons organisé tout ça, c’est ce dont on vous parlera dans le prochain article !

.

A très bientôt,
Le Trio Bordelais.