L’AUTRICHE, DES RIVIÈRES ET SURTOUT DES RENCONTRES

autricheee


Nous voilà installées sur la dernière ferme wwoof, avant de vous la présenter revenons sur le trajet que nous avons effectué et les aventures que nous avons vécu. Tout d’abord, l’Autriche.

Après les trois semaines passées chez Florian, Barbara et leurs deux filles, il nous faut partir. Après les au-revoir qui commencent à être habituels, nous voilà à nouveau sur la route. Cette montée qui nous avait fait suer, utiliser nos dernières forces et aiguiser notre curiosité, il faut maintenant la descendre le cœur lourd et les sacoches chargées de quelques victuailles offerts par nos chers fermiers. Les premiers jours sont chargés de souvenirs car nous reprenons quasiment la même route (sous le soleil cette fois !). Nous avons d’ailleurs un contact de Florian pour cette première nuit. Et le hasard fait bien le chose : c’est une ferme bio que l’on avait repérée à l’aller et sur laquelle nous avions prévue de nous arrêter pour une nuit. L’accueil chaleureux de notre hôte ne fait qu’améliorer la vision que nous avions de cette ferme : ordonnée, propre, gigantesque et passionnante. Nous serions bien restées plus longtemps pour en apprendre davantage mais il faut continuer. D’autant plus, qu’après 3 semaines de pluie sur la ferme, le soleil est réapparu pour notre retour sur les routes. Il faut en profiter !

Nous quittons la route « connue » à Bruck an der Mur pour prendre la direction du Nord, de Vienne. Nous montons en altitude pour atteindre Semmering, une station de ski l’hiver et de « mountain bike » l’été ! Après avoir suivi la Mur et la Mürz jusque là, nous allons rejoindre la Schwarza. C’est d’ailleurs dans celle-ci que nous nous sommes baignées pour la première fois du voyage. Une rivière qui nous amène jusqu’à la plaine au Sud de Vienne, une plaine de grandes cultures : blé, orge, pois, … Nous y faisons la rencontre d’une dame, hôte d’un soir. Elle nous accueille dans son magnifique jardin (un peu petit d’après elle mais pouvant accueillir au moins 3 tentes) et nous offre un petit-déjeuner bien garni ! La route vers Vienne nous semble interminable, le long d’un canal, sans ombre et passant dans une zone désertique (une zone militaire). Peu avant Vienne, des vignes apparaissent et c’est le retour à la civilisation. En fin de compte notre intuition est vérifiée : il dsc09053faut 88 km pour rejoindre Vienne. Nous voyons la ville de loin mais c’est comme si elle s’éloignait à chaque kilomètre parcouru ! Ce soir, les parents de Flo, notre berger, nous accueille dans leur appartement viennois. Les yeux écarquillés nous y pénétrons : moulures, tableaux, hauts plafonds… Ces gens très cultivés nous hébergent pour deux nuits. Cela nous permet de prendre le temps de visiter Vienne à pied !


Après avoir traverser le centre historique, nous allons vers la maison et le musée de Hundertwasser. Pauline est aux anges, c’est un artiste qu’elle apprécie particulièrement ! Cette virée viennoise est un peu rapide, c’est une ville qui mérite plus d’attention. Tant pis, on reviendra ! L’association Arche Noah nous attend.

Nous sortons de Vienne en suivant la Danube et en découvrant Klosterneuberg, l’ancienne capitale de l’Autriche au moyen-âge. Nous entrons aussi dans la partie viticole du pays qui surplombe le Danube. Nous avons la chance de déguster un vin typique de la région de Langenlois : le Grüner Veltliner. Florian et Marilina, le couple travaillant à Arche Noah, prennent le temps de partager de nombreuses connaissances durant deux jours. Nous repartons chargées de nouvelles graines, de nouveaux points de réflexion et de nouvelles connaissances vers notre prochain wwoof. En attendant d’y arriver, nous rejoignons le Danube au niveau de Krems. Cette partie rappelle des souvenirs à Pauline qui l’a effecuté avec sa famille quelques années plus tôt. Depuis le départ de Vienne, Pauline a une petite douleur à l’arrière du genou mais nous continuons notre rythme effréné. Le warm shower qui nous accueille ce soir là est au petit soin : il accompagne Pauline à l’hôpital pour voir un médecin, répare sa sacoche avant et regonfle nos pneus. Ses parents, quant à eux, nous offrent le dîner et le petit-déjeuner. Finalement, plus de peur que de mal, Pauline peut repartir avec un tube de Voltarène en poche. Nous rejoignons le Danube qui est magnifique sur cette partie là : vignes, arbres fruitiers, petites collines, châteaux et villages pittoresques. Nous nous en éloignons au niveau de Enns après une nuit tout confort chez les parents de Marilina (d’Arche Noah). Une fois de plus, une belle rencontre, décidément nous sommes chanceuses ! Cette famille est pleine de ressources et de discussions passionnantes. Ayant mal géré (à nouveau) nos courses pour le week-end, nous repartons de chez eux chargées de fruits et de biscuits.

Merci à toutes ces personnes qui ont croisé notre chemin, merci pour leur accueil et leur générosité. Dernière journée en Autriche, nous retrouvons nos collines cultivées intensivement pour alimenter les gros élevages des alentours. Petit résumé, en Autriche : 4 nuits sous tente sur 10 (dont 2 en « sauvage »). La frontière tchèque est proche, mais qu’est ce qu’elle cache ? Après toutes ces rencontres, qu’est ce que la République tchèque nous réserve… A suivre…