LA VIE DES NOMADES MONGOLS

La vie des Nomades … Une vie à part dans ce monde de brutes et de consommation ostentatoire .

Sac à dos sur le dos avec mon duvet et ma doudoune, je pars vivre avec les nomades afin de comprendre leur vie. À l’intérieur des yourtes, nous pouvons visualiser la partie couchage et la partie cuisine. Tout le monde s’entraide et la cohésion entre tous se réalise sans aucun problème.

En arrivant, accompagnée du chef de famille, je monte à cheval et admire le paysage qui nous entoure. Cette nature renversante me fait sentir libre. J’oublie cette vie que nous vivons à 100 km/h en France et profite de ce silence et du son des oiseaux qui symbolisent l’équilibre humain et naturel.

Le père de famille pousse la chansonnette. C’est poignant, chaque son de sa voix me projette dans un monde à part. Cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu une profondeur de vocalises aussi forte qui me transportait dans une réelle réflexion de mon esprit. C’était tout simplement vrai et sans superficialité. Un moment inoubliable…

Ensuite avec 45 millions d’animaux la Mongolie sait prendre soin de ses bêtes et ceci est une base dans son alimentation et son travail. Il ne faut pas oublier que lorsqu’une personne possède des animaux, elle paie des taxes. Dans cette famille nomade j’ai pu comprendre la symbolique de l’animal et cette force que nous lui consacrons.

Juste avant le coucher du soleil, nous apprenons qu’une vache est bloquée dans la montagne est qu’il faut aller la secourir. La famille nous explique qu’elle a donné naissance il y a trois jours et qu’il est impossible de la redescendre au campement. Le veau est décédé à la naissance, un loup l’a mangé et elle est très mal en point. Son état de santé laisse à désirer et nous devons l’aider à s’en sortir. Nous prenons une grande veste d’hiver que la femme avait faite de ses petites mains et nous mettons la vache dessus afin de la porter et la tirer jusqu’au camion en bas de la montagne. C’est avec l’aide de chacun que nous avons pu la sauver et revenir à ces bases de la vie, l’entraide... cela laisse à réfléchir sur la condition de nos sociétés actuelles post-modernes occidentales. C’est une bonne leçon de vie qui m’a été donnée.

Suite à cela, nous rentrons faire des jeux de société tous ensemble et partager un moment de convivialité. Dans ce pays les osselets sont utilisés par tous. De vraies malléoles où chaque face signifie un animal. (si vous désirez les règles, n’hésitez pas à me demander) Tous ensemble nous jouons, rigolons et discutons de nos vies.

Les journées se passent et nous faisons de la route pour aller visiter le parc national: Hustai, où les animaux sont préservés. Lorsque nous sommes au campement nous aidons la femme à préparer les dumplings: un plat traditionnel asiatique. La vodka maison est prête et nous testons la vodka au dîner, et même au petit déjeuner. Ahlala, même pas peur, notre petit groupe d’anglais, d’Hollandais et moi-même rigolons un bon coup et goûtons. La vodka avec une base yaourt donne une certaine douceur à l’alcool.

Puis, nous revenons vers Oulan-Bator avant que je prenne mon vol pour le Japon le lendemain très tôt dans la matinée. Et comment vous dire que l’aéroport est dans une zone au milieu de rien. Ahaha. Tellement triste de partir 🙁

A cheval dans la campagne

IMG_3965
Notre van
IMG_3948
… et le pilote
IMG_3925
A cheval
IMG_3915
Landscape
IMG_3943
Jeux en famille
IMG_3944
Partage
IMG_3941
Au secours de la vache
IMG_3935
Le campement
IMG_3934
Notre chambre est sur la droite
Capture d’écran 2016-06-11 à 10.46.19
Préparation des dumpings
IMG_3930
Cuisson des dumpings à l’eau
IMG_3931
Dumplings végétariens et à la viande
IMG_3906
Sur la route
IMG_3923
Paysage
IMG_3901
Le village